Rues fermées à la circulation autour du CNA lors de la fin de semaine des courses d'Ottawa

Pendant la pandémie, notre famille a passé beaucoup de temps à l’extérieur, sur les terres. Cette période a été l’occasion de faire le point sur la santé et le bien-être de notre mère la Terre, en particulier les traumatismes qu’elle a vécus. Notre fille de sept ans qui pratique la danse moderne et la danse de la robe à franges a ressenti le besoin d’exprimer son amour à notre planète et de lui envoyer des ondes réparatrices par la danse, au son du tambour à main et du hochet en corne de vache.

Territoires : Territoire visé par les Traités Williams et le Traité no 13 qui correspond à la ville de Toronto (Ontario), et le territoire du Traité no 6 du centre de l’Alberta.


Crédits

Production : Maria-Luisa Taylor, descendante mohawk, taïno et aztèque, originaire de Kahnawake, au Québec. Âgée de sept ans, elle est scolarisée à l’école Montessori de Toronto (Ontario) et suit des cours de ballet et de danses autochtones. Cette passionnée de zoologie pratique également la natation et le soccer et prend part à de nombreux festivals, conventions et conférences autochtones. Elle passe ses étés dans l’Ouest sur le territoire du Traité no 6 avec sa famille élargie et participe au circuit Pow-wow et aux nombreuses cérémonies des Cris des plaines. 

À l’âge adulte, Maria-Luisa Taylor aimerait se consacrer à ses héritages culturels autochtones et devenir zoologue.